Thèmes

amour anniversaire bonne fond mort musique nuit papier texte voyage

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· A la vie, à la mort... (157)
· Amitié (46)
· Araignées (16)
· Baudelaire (10)
· Bernard Werber (7)
· Chroniques hospitalières (2)
· Citations (97)
· Contes (11)
· Créations musicales (3)
· Divers (9)
· Espoir (37)
· Etats d'âme (218)
· Etats d'amour (49)
· Fleurs (6)
· Humour (19)
· Le coeur (40)
· Les amours et les doutes (108)
· Les Hommes, les enfants (17)
· Les mains (8)
· Les rêves (88)
· Lettres de mon être (5)
· Livres - Extraits (18)
· Marie Noel (2)
· Messages (72)
· Musique (45)
· Pensées (117)
· Québec (9)
· Ténèbres (83)

Rechercher
Derniers commentaires

oh lou, je déteste le mot "fin" qui me fiche un cafard monstre ! bon, j'espère sincèrement que tu reviendra
Par pantherspirit, le 19.10.2014

insh´a allah, holidays plus belle la vie au soleil????
Par Anonyme, le 07.09.2014

quelle mélopée vertigineuse, lou ! elle me "saisit " sur le fil de tes paroles, vagues inexorables plongeant v
Par pantherspirit, le 24.08.2014

magnifique synchro de l illustration et du texte. qui a fait l illus ?
Par runs, le 31.07.2014

merci de le dire
Par Anonyme, le 23.07.2014

Voir plus

Articles les plus lus

· Pensées bouddhistes
· Une rencontre... Luc Arbogast...
· L'amour est difficile
· Tristesse
· Le mythe de la femme-araignée

· Vers dorés - Gérard de Nerval
· Les retrouvailles
· Conte du loup et du petit lutin
· Les fées, dans l'imaginaire celtique
· 10 000 battements de coeur...
· Semper eadem (Baudelaire)
· Attendre l'amour...
· Lâcher de maringouins !
· Remords posthume
· Juste après - Jean-Jacques Goldman

Voir plus 

Abonnement au blog
Recevez les actualités de mon blog gratuitement :


Statistiques

Date de création : 15.06.2007
Dernière mise à jour : 17.10.2014
1381 articles


Semper eadem (Baudelaire)

Publié le 01/12/2007 à 12:00 par loukristie


"D'où vous vient, disiez-vous, cette tristesse étrange,
Montant comme la mer sur le roc noir et nu ?"
Quand notre coeur a fait une fois sa vendange,
Vivre est un mal. C'est un secret de tous connu,

Une douleur très simple et non mystérieuse,
Et, comme votre joie, éclante pour tous.
Cessez donc de chercher, Ô belle curieuse !
Et, bien que votre voix soit douce, taisez-vous !

Taisez-vous, ignorante ! âme toujours ravie !
Bouche au rire enfantin ! Plus encor que la vie,
La mort nous tient souvent par des liens subtils,

Laissez, laissez mon coeur s'enivrer d'un mensonge,
Plonger dans vos beaux yeux comme dans un beau songe,
Et sommeiller longtemps à l'ombre de vos cils !



Charles Baudelaire



Commentaires (5)

jazz le 01/12/2007
Joli sonnet de Baudelaire que je connaissais pas...
Bisous


mel le 01/12/2007
Un de mes favoris Baudelaire un classique..

Il te ressemble beaucoup si je devais te comparer a un poete ca serait celui ci..

Bisous
Mon blog


poete le 01/12/2007
bonsoir
puisque tu aimes les mots les vers la poesie je t invite à venir découvrir le palmier reveur http://palmiereveur.forumparfait.com on aura le plaisir de lire tes essais littéraires et de les commenter...
Vous aurez l'occasion de découvrir d'autres poètes francophones et pouvoir discuter avec eux et partager vos emotions littéraires et artistiques
à bientot sous les palmes de l'arbre de l'oasis


Chaos Vlad le 02/12/2007
Pas une des plus connues mais ça reste du Beaudelaire, c'est à dire sombrement magnifique...
Mon blog


thewolf le 03/12/2007
beau poeme..il ta va si bien..bisous
Mon blog


Ecrire un commentaire


DERNIERS ARTICLES :
FIN
  L'accès à ce blog devenant difficile et par manque de temps, il est temps désormais de tourner cette longue page de 7 ans passés avec vous, 7 ans qui ont changé ma vie
Le ressac
  Il existe une saison qui n'appartient qu'à moi, Humide, froide et livide au fond des solitudes... Dans cette mer de ténèbres remontent mes effrois En un hideux ressac f
Après...
  Il subsiste encore après la mort des êtres Une frêle saveur où les âmes s'enchevêtrent, Une attente vivace, espoir immatériel, Comme s'il restait encore, sur ces ruines
Mon dernier rêve
  Quand le soir affligé descend comme un couvercle Sur mon coeur et mon corps impuissants et si lourds, Je sens les brumes noires qui tournent et qui m'encerclent, Erigea
Je me souviens
  Je me souviens parfois de ces heures perdues A essayer sans cesse, toute brisée de fatigue, De guetter nuit et jour dans les sombres intrigues Qui viendrait s'égarer da
forum